Les programmes conservation et développement

Notre Vision

Nos programmes “Conservation et Développement” répondent à trois objectifs :

  • Amélioration de la sécurité alimentaire
  • Réduction de la pauvreté
  • Gestion durable des ressources naturelles

Nous croyons en un développement rural intégré et participatif : Nos programmes cherchent à réduire l’esprit d’assistanat et accompagner les communautés à choisir, agir et réaliser leur propres objectifs de développement au fil du temps.

Nous cherchons à renforcer les capacités des communautés tout en suscitant des initiatives locales permettant une meilleure protection de l’environnement.

« Des voies d’espoir ? De solutions ? [concernant les actions à mener pour la sauvegarde la faune sauvage] La lutte contre la pauvreté d’abord. Aucun gamin de ce monde ne rêve de devenir braconnier. C’est donc d’abord en aidant les communautés locales à sortir de la misère que l’on protégera mieux leur environnement et les animaux qui y vivent. »

Eric Meyer - Rédacteur en chef de GEO magazine

Nos Projets

Education à la conservation et préservation de l’environnement

Depuis Mai 2019, par session de deux semaines, Melindika délivre des cours d’éducation à la conservation de la flore et de la faune locale dans six écoles des communautés pour les enfants de 3 à 17 ans.

Cliquez ici pour lire l'article et avoir plus d'informations sur le projet

Ce programme vous intéresse ?

Il est disponible sous forme de volontariat ici

Des abeilles et des éléphants

Depuis Juin 2019, Melindika accompagne et forme vingt femmes à l’apiculture et à la récolte de miel à l’aide d’un rucher école constitué de 10 ruches sur Shandavu camp.

Ce projet s’inscrit dans un but d’autonomisation et renforcement des capacités des femmes dans les communautés bordant le parc national de Kafue en Zambie.

Avec un entretien adéquat, une ruche de type kenyane peut produire jusqu’à 40kg de miel par an.

Le miel ainsi que les autres produits de la ruche (cire, propolis, pollen) sont de grande qualité et commercialisables sur un marché en demande, permettant de générer une source de revenu supplémentaire dans les communautés.

Le miel produit peut aussi être consommé localement à la place de l’achat de sucre raffiné.

En installant des clôtures de ruches devant les champs de maïs, il est possible de les protéger des dégâts causés par les éléphants. La trompe et les oreilles de l’éléphant sont très sensibles aux piqures !

Expérimentée au Kenya par le Dr Lucy E. King, cette méthode est de plus en plus employée dans ce pays où elle éloigne 80% des éléphants qui s’en approchent.

Pour finir, les colonies d’abeilles ont un rôle fondamental pour la pollinisation des fleurs et donc pour la biodiversité et le rendement des cultures.

La formation des femmes à l’apiculture permet de les sensibiliser au lien entre abeilles, flore et agriculture et de l’importance de les préserver.

Lire l'article relatant le début de cette aventure !

Petite histoire de la conservation africaine

Du protectionnisme à la gestion intégrée des aires protégées

La notion d’aire naturelle protégée apparaît dans le contexte africain au début du XXème siècle.

Créés autant dans un but de valorisation commerciale que de préservation de la faune et la flore, les parc nationaux -modèles issus de la conservation colonialiste- sont à l’origine de nombreux conflits avec les communautés locales.

Braconnage, empiétement agricole et feux de pâturage, les tentatives de réappropriation des ressources par les communautés sont nombreuses et mettent en péril la viabilité de la biodiversité et la sécurité alimentaire des populations.

C’est pourquoi dans les années 1980 apparaît la notion de “Conservation intégrée”, principe selon lequel une implication forte des communautés locales dans la valorisation des ressources naturelles et la conservation de la biodiversité serait le garant d’un développement rural et d’une conservation durables et maîtrises.

Cette approche holistique de la conservation doit répondre à des défis économiques (développer des activités économiques alternatives à la surexploitation), alimentaires (promouvoir une agriculture durable en soutenant les familles paysannes dans un contexte de changement climatique), foncières (sécuriser les espaces au profit direct des populations locales) et énergétiques.

Tous les projets Melindika s’inscrivent dans cette logique de conservation intégrée qui cherche à assurer une valorisation des ressources naturelles qui puisse profiter aux plus défavorisés. Nous aidons les éleveurs à mieux protéger leur troupeau des attaques de lions, à moins dépendre des cultures de maïs qui sont pillées par les éléphants, à réduire leur consommation de viande de brousse… pour atténuer au maximum le conflit humain/faune sauvage qui règne en bordure du parc.

Soutenez nos actions

Melindika est une association française à but non lucratif qui fonctionne uniquement grâce à vos dons.
Faire un don
Translate »